• affiche Algérie comme elle se chante affiche groupe labess

  • gros plan groupe Labess

  • Groupe Labels sur la scene auditorium Mucem

Scroll to Content

La dernière soirée « Algérie-France, la voix des objets » continue en musique avec un concert du groupe Labess, dans le cadre du cycle l’algérie comme elle se chante

Le concert a été enregistré a l’auditorium du Mucem, le 7 Mars 2021.

La riche pluralité de son expression musicale est, de longue date, l’un des plus beaux traits de l’Algérie. Par-delà les sources berbères et arabo-andalouses, une certaine polarité géographique a pu se dessiner entre le malouf, que l’on lie à la région de Constantine, le chaâbi qui fait chanter celle d’Alger, ou encore le raï né à Oran. Tout à la fois savantes et populaires, enracinées et universelles, ces musiques sont reprises et enrichies dans l’immigration et s’ouvrent à de fructueux métissages avec toute la world music. Elles sont porteuses de communion comme d’engagement – et nul n’oublie l’assassinat de figures comme Cheikh Raymond, Cheb Hasni ou encore Matoub Lounès. Aussi comprend-on le rôle fédérateur que, des supporters de foot aux récents « marcheurs », chants et hymnes jouent désormais dans la reconquête de l’espace public.

Le groupe Labess qui signifie « tout va bien » en arabe, vous propose de découvrir la beauté et la richesse de sa musique. Fusion de rumba gitane, flamenco et musiques traditionnelles d’Afrique du Nord tels que le gnawa et le chaâbi.

Qu’il chante en arabe, sa langue maternelle, en français ou espagnol, Nedjim Bouizzoul raconte de sa voix expressive des histoires empreintes d’authenticité qui oscillent entre réalisme et espoir, douceur et fureur. Il chante l’exil en retraçant les joies et les détresses qui parsèment le parcours de la terre d’origine à la terre d’accueil, et vice-versa. À travers sa poésie, il propose une réflexion sur la diversité culturelle et sur la nécessité de vivre unis, malgré les différences.

Playslist :

1. Ma Liberté

2. Rosa

3. Babour

El Leuh Nedjim Bouizzoul, guitare, chant Mohamed Abdennour, mandole algérienne Fabrice Laurent, percussions.

 

Pour revoir la première partie de la soirée consacrée au thème « Malouf, chaâbi, raï, hirak : l’Algérie comme elle se chante »,

c’est ici : https://youtu.be/giUlopM9Id4

Images, réalisation et montage : Les Films du Grand Large

 

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *